Arcanes Ouvertes

Critiques et avis sur la littérature jeunesse

Maintenant c’est ma vie

« Tout a changé l’été où je suis partie en Angleterre passer quelque temps chez mes cousins. Un peu à cause de la guerre, qui a chamboulé pas mal de choses, évidemment, sauf que de toute façon, avant la guerre je ne me rappelle presque rien — pas de quoi écrire un livre, contrairement à ce qui va suivre. Non, si les choses ont changé c’est surtout à cause d’Edmond. Voilà ce qui s’est passé… »

image

Les trois premières phrases de ce roman suffisent à présenter Maintenant c’est ma vie, roman de Meg Rosoff adapté au cinéma par Kevin Macdonald et sorti en France en mars 2014

Daisy, adolescente new-yorkaise est envoyée pour les vacances chez sa tante dans la campagne anglaise. Là, elle rencontre pour la première fois ses cousins : Piper, jeune fille joyeuse de 9 ans, Isaac et Edmond, 14 ans et Osmond, 16 ans. Le courant passe bien, une idylle naissante se fait sentir et les vacances s’annoncent joyeuses.

Puis viennent les premiers attentats à Londres, et tout se précipite. Tante Penn est en mission diplomatique de l’autre côté de la Manche, les jeunes sont livrés à eux-mêmes et bientôt séparés et envoyés en famille d’accueil. Seule avec Piper, Daisy se raccroche à un espoir : rassembler sa famille en lieu sûr.

image

Je n’aurai que deux mots pour décrire ce récit : fort et poignant. Pour un premier roman, Meg Rosoff a une écriture d’une fluidité impressionnante et un ton très juste, au point qu’il est difficile de lâcher le roman ne serai-ce qu’une seconde.

Maintenant c’est ma vie raconte la guerre comme on ne la connait pas. Une guerre loin du front, celle de la population éloignée des grandes villes et épargnée par les bombes mais pas par la peur ni la pénurie. On ne sait d’où sont survenues les premières tensions, seulement que les premiers attentats ont lancé les hostilités militaires. Le pays est occupé et les troupes hors du pays. L’Ennemi avec un grand E est un ennemi sans visage et sans nom, dont on ignore les raisons de la prise d’arme. La guerre est une tension constante dans l’air, contre laquelle on ne peut rien faire, les informations sont disparates et difficiles à vérifier et l’on ne peut rien faire d’autre qu’attendre et espérer.

Autre sujet abordé avec subtilité : l’anorexie. Daisy souffre d’anorexie.  Elle n’emploie jamais ce terme, et ce n’est pas le cœur de son histoire, de ce moment marquant de sa vie. C’est une conséquence d’un malaise familiale dont elle ne se cache pas, et un élément qui fait partie d’elle-même – de la même façon que la mort de sa mère, ou sa couleur de cheveux. Il est rare qu’un trouble alimentaire tel que celui-ci soit abordé de cette façon en littérature ou tout autre œuvre de fiction, comme un élément absolument secondaire au récit – ce qui le rend d’une certaine façon encore plus réaliste et percutant.

Maintenant c’est ma vie
Meg Rosoff
Albin Michel, Wiz, 2006

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow Arcanes Ouvertes on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :