Arcanes Ouvertes

Critiques et avis sur la littérature jeunesse

Deux albums pour princesses épatantes

image

La pire des princesses
Anna Kemp, Sara Ogilvie
Milan, 2013

Après 100 longues années d’attente et d’ennui, enfin ! Un prince charmant se présente à la porte du château. Zélie rêve de voyages et d’évasion, d’un peu d’excitation dans sa vie. Hélas ! Désenchantement. Le rôle d’une princesse est d’être belle et de tenir le château, d’être bien protégée dans son donjon. Comment, c’est cela un prince charmant ? Quel ennui, et ce prince, quel bêta ! Heureusement, la princesse fort peu timide saura s’attirer l’amitié du dragon, et son souffle enflammé aidera à faire enfin bouger les choses !

Des dessins aux couleurs éclatantes, avec un tracé nerveux, maîtrisé et vivant, qui vont à l’essentiel. Une histoire rimée et rythmée, bien tournée et sympathique.

* * *
image

La Princesse qui n’avait pas de royaume
Ursula Jones, Sarah Gibb
Gautier-Languereau, 2012

La princesse sans royaume parcours le pays dans sa carriole, en compagnie de sa pouliche Coquette. Sans royaume et sans argent, elle vit des livraisons de paquets improbables qu’elle amène à destination, et rencontre dans ses voyages princes et comtesses, amoureux pour les uns, moqueuses pour les autres. Un prince, puis un second, et encore un autre lui proposent un royaume en échange de sa main, chacun cherchant à se prouver plus riche, plus important que le précédant – sans jamais attendre son avis, et ridicules jusqu’au bout. Elle s’éclipse : ce défilé de richesse ne l’intéresse pas, elle retourne à ses voyages. Le bouffon, qui lui avait offert ses collants par amitié, revient sur son chemin. Elle n’a pas de royaume ? Elle peut régner sur celui de son cœur, si elle le désir. Une belle poésie.

Beau texte, une belle histoire. Mais surtout, des illustrations sublimes : contrastes du noir sur des tons pastels, façon ombres chinoises (qui rappelleront aussi Princes et Princesses de Michel Ocelot), des découpés somptueux, des dorures, du rose et vert qui sont un régal pour les yeux.

Chose intéressante et qui m’a mise de bonne humeur : c’est la princesse qui demande la main de son prince, et en lieu de château, sa calèche et la famille qu’elle se construit seront bien suffisants.

Un renversement des rôles rafraîchissant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow Arcanes Ouvertes on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :