Arcanes Ouvertes

Critiques et avis sur la littérature jeunesse

Le Passage du Diable

Daniel Cunningham a passé toute son enfance isolé, protégé du monde extérieur. Il ne sait pas quel est ce mal qu’il possède, pour lequel sa mère l’empêche même de sortir du lit, mais de son existence il ne doute à aucun instant. Jusqu’à ce que des voisins viennent frapper à la porte, bien décidés à l’extraire de l’emprise de sa mère et de cette vie recluse. Recueilli par le Dr Marlow, Daniel va découvrir peu à peu les mensonges qui ont bridés son enfance, ces silences sur la famille inconnue de sa mère, et surtout, les dangereux secrets que recèle la maison de poupée de sa mère, si semblable à sa maison d’enfance.

Lui que sa mère affirmait grandement malade découvre auprès du Dr et de sa famille des rapports un monde plus vivant, où il peut être courageux, curieux, plein de vie, comme dans ces romans qui l’ont bercé. Il ne reste de son enfance en vase clos qu’une maison de poupée, réplique exacte jusque dans ses moindres recoins de la maison d’enfance de sa mère. Une maison recelant plus de secrets qu’il n’y paraît, sombres et terrifiants.

Anne Fine sait raconter des histoires. Auteur de romans jeunesse à succès, on lui doit notamment le Journal d’un chat assassin, ou encore le très bon Mme Doubtfire (oui, cette génialissime comédie vient d’elle). Le Passage du Diable est d’un tout autre registre, qui mélange horreur, effroi, et ce semblant de paranormal que l’on retrouve dans les nouvelles de Maupassant et de Poe : un élément de doute et d’irréel, ce fantastique à peine effleuré qui plonge les lecteurs dans le doute.

Construit en deux parties, le roman s’ouvre sur Daniel, faible et confiné à sa chambre, seul avec sa mère et ses livres salvateurs. Brusquement tiré de l’isolement de son enfance, il goûte à la vie auprès des Marlow  et se fortifie. Il s’adapte à cette nouvelle existence, sans pouvoir oublier son passé. Il lui faut maintenant comprendre, replacer le comportement de sa mère qu’il aime toujours et qui l’aimait, avec ses actions et ce confinement qu’il sait maintenant avoir été anormaux. Le temps passe, la vie continue, mais reste cette intrigante maison de poupée, ultime relique de son passé et de celui de sa mère, qui continue de s’immiscer dans ses jeux, conservant son mystère et cachant, peut être, un passé familial inquiétant.

Je n’en dirai pas plus pour ne rien enlever au mystère, mais sachez que tout, de l’écriture à la construction de l’histoire, jusqu’au dénouement et aux toutes dernières lignes de l’histoire, mérite le détour.

Le Passage du Diable
Anne Fine
Ecole des Loisirs, 2014

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 12 octobre 2014 par dans Critiques, et est taguée , , , , , , .
Follow Arcanes Ouvertes on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :