Arcanes Ouvertes

Critiques et avis sur la littérature jeunesse

Le Faire ou mourir

Pas assez sportif. Pas assez grand. Trop émotif. Ces étiquettes, Dam se les trimbale depuis longtemps. Son arrivée dans un nouveau lycée ne change pas grand chose. Jusqu’à Samy. Samy et sa bande, piercing, coupes de cheveux étranges, noir jusqu’au bout des ongles, qui prennent Damien sous leur aile. Une bienveillance inespérée, pour lui qui étouffe. Mais est-ce suffisant pour faire face à son propre malaise ?

La collection DoAdo publie des textes aux sujets forts, sensibles, à l’écriture particulière ; Le faire ou mourir ne fait pas exception.Cette narration d’un seule traite, qui avale les dialogues pour les entrer dans le flot continue des pensées de Dam est particulière. Le “je” de Dam est direct, nous plonge dans son univers, ses ressentis et nous ébranle de façon particulièrement efficace. Les mots sont durs. La situation est sérieuse.

Le mal-être (adolescent comme adulte) figure peu en littérature jeunesse, il demande une grande sensibilité et une grande justesse de l’auteur, et Claire-Lise Marguier s’en acquitte bien.

Dam va mal. Peu soutenu par sa mère silencieuse et son père aux avis bien tranchés, dans l’ombre de sa soeur, il ne trouve pas de place pour s’exprimer. Pas par la voix. Par le corps. La présence de son père est écrasante, il étouffe. Bientôt, Samy devient le pivot et le pilier de son monde, et le coeur, en pleine confusion, s’en mêle.

J’avoue être partagée. D’un côté, c’est un roman fort, qui s’attache à des thèmes difficiles et durs, dont on parle très peu. Damien est bouleversant, on est happé par ses pensées, l’histoire est très bien menée. D’un autre côté, l’écriture a été un obstacle pour moi, trop oral et trop fouillé en même temps, tout en reconstituant de façon remarquable l’âge du narrateur. Et j’ai eu en même temps de grandes difficulté à lâcher ce roman, sauf pour une pause obligée pour laisser le temps aux émotions de se rééquilibrer.

Deux autres raisons (attention SPOILER!) m’empêchent de mettre ce roman dans mes coups de coeurs de l’année (à voir après la coupe)

Le faire ou mourir
Claire-Lise Marguier
Rouergue, 2011
(DoAdo)

La scarification fait partie de ces sujets que de façon personnelle j’ai beaucoup de mal à aborder, et surtout à lire. Parce que c’est un malaise intérieur fort, face auquel je me sens désarmée, impuissante, bouleversée. Et aussi, de façon secondaire, à cause d’un profond malaise face à la vue du sang. Mais le sujet est important, ne peut pas et ne doit pas être caché, ignoré, et mon propre inconfort n’enlève en rien la force du roman.

Autre point qui m’a chiffonné : Dam développe des sentiments pour Samy mais, il le répète et en est certain, il n’aime pas les garçons. Ce qui est possible : les sentiments et la sexualité sont deux choses différentes et dissociées. Du côté scénaristique, cela renforce le côté percutant et augmente la confusion des sentiments que ressent Dam. Il ne tombe pas amoureux d’un garçon, mais de la personne. D’un côté, je suis heureuse que l’histoire ne tombe pas dans l’écueil du “il devient homosexuel (presque) du jour au lendemain”, après avoir toujours aimé les filles. Ses questionnements, ses sentiments sont plutôt bien abordés. Mais il existe un autre terme, une autre étiquette : bisexualité. La représentation est importante, et j’aurai aimé trouver un roman traitant de la découverte de la bisexualité du narrateur, sujet peu présent en littérature jeunesse. Pas dans ce roman. Une autre fois peut être.

Publicités

3 commentaires sur “Le Faire ou mourir

  1. La Tête En Claire
    1 mai 2016

    Je me doutais que tu l’aurais lu, du coup j’ai eu l’idée de chercher dans tes archives ^^J’ai adoré ce roman, ou non je n’ai pas adoré ce roman, il m’a choisi, m’a changée et bouleversée. J’adore lire mais jamais un roman m’aura tant parlé de moi et pourtant Dam et moi on est très différent. Au delà d’un coup de coeur, une claque, et presque du mal à choisir mes mots pour en parler!

    Aimé par 1 personne

    • arcanesouvertes
      1 mai 2016

      Je t’avoue que je l’ai lu il y a longtemps, et le souvenir que j’en garde n’est pas extraordinaire. Il avait de bonnes qualités, mais je n’ai pas su apprécier son histoire.
      Si c’est publié par Rouergue, et que ça parle d’identité, de sexualité ou de genre, il y a de grande chance en effet que je l’ai lu ou que je projette de le lire ! Ils publient de vraies pépites, abordant des thèmes parfois difficiles avec beaucoup de justesse, et je suis toujours curieuse de voir ce que cela va donner 🙂

      Aimé par 1 personne

      • La Tête En Claire
        1 mai 2016

        Ha oui en même temps je comprend mais sur moi ce roman à totalement marché ^^ Je comprend totalement leur collection Doado est géniale, et c’ets vrai que les textes sont souvent très justes sur des thèmes souvent trop rares.

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow Arcanes Ouvertes on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :