Arcanes Ouvertes

Critiques et avis sur la littérature jeunesse

Automne

Une île. Un bunker. Deux filles et leur père, vivant loin de tout et cachés sous terre depuis des années. Dans un monde où la maladie a tout dévasté, des arbres aux animaux et jusqu’au moindre brin d’herbe, il est difficile de faire confiance aux inconnus. Forcées de rejoindre la ville, Nanna et Fride avancent pour la première fois depuis longtemps à l’air libre, traversant ces paysages figés d’automne éternel. Leur périple croisera le chemin d’autres survivants, et peut être qu’un peu de bonté survit encore dans ces paysages désolés.

Quel voyage nous promet Jan Henrik Nielsen ! Enfermées depuis 6 ans pour leur propre sécurité, Fride et Nanna étouffent. Dans ce monde clos, les jeux ont déjà tous été inventés et joués. L’école est presque le moment le plus intéressant de leur vie, et le monde entraperçu à la lorgnette d’un périscope est tentateur. Pour Fride, encore bébé au moment de la catastrophe et qui n’a jamais connu que cette vie là, le monde s’étend et se termine à l’intérieur du bunker. Nanna possède pour elles deux des souvenirs du dehors, du monde d’avant, quand il y existait des oiseaux, des gens et maman. Le dehors est ce monde plus coloré et inconnu, effrayant et attrayant à la fois.

On commence l’histoire dans cet espace clos, puis notre conscience s’élargit peu à peu, tandis que les deux filles doivent se débrouiller seule dans un monde dont elles ne possèdent pas les repères, que toute vie semble avoir déserté. C’est une vision terrible du futur. Et bien qu’on nous épargne les détails sordides de la maladie qui a tout dévasté, des morts et des violences qui ont dû suivre, cette découverte du monde d’après reste marquante, tant elle est éloignée de notre réalité. Ce roman offre un contexte intéressant et crédible pour ce futur ravagé dans lequel évoluent ces deux personnages attachants.

Message de prudence mais aussi message d’espoir adapté au public jeunesse, qui rappelle que l’on retrouve des traces d’humanité même dans les périodes les plus sombres.

Automne
Jan Henrik Nielsen
Albin Michel, 2014
(Wiz)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 6 décembre 2014 par dans Critiques, et est taguée , , , , , , , .
Follow Arcanes Ouvertes on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :