Arcanes Ouvertes

Critiques et avis sur la littérature jeunesse

Mirapolis Tome 1

Dans une cité close, vivent ceux d’en haut et ceux d’en bas. Ceux d’en haut gouvernent, ceux d’en bas produisent. Chacun à son rôle et tous sont heureux de cet ordre établi, garant de paix et d’équilibre. Un homme fou eût le rêve de trouver le Vaisseau, hors de la cité. Il laisse derrière lui quatre jeunes protégés nourris par ses espoirs. Dans la cité d’en bas, Anguéo a dévié du chemin. Nakat, un mystérieux bibliothécaire, l’a pris sous son aile, et entreprend de lui apprendre ce que le Grand Conseil a banni de la cité du bas : la maîtrise des signes.

Un monde dont la perfection n’est qu’un chimère, une illusion savamment entretenue par des rideaux de fumée et une organisation réglée d’un main ferme. Des héros venus des deux mondes, qui sortent de l’ordre préétabli et ignorent l’existence de l’autre. Un mystérieux Vaisseau, qui accroche les espoirs de quelques uns et déclenche la colère des plus puissants. Une bulle de paix fermée au monde extérieur. Un mentor disparu, Vésinède, et un autre qui émerge malgré lui pour enseigner à son tour. Voilà des ingrédients bien connus à l’efficacité prouvée. Mirapolis vaut-elle le coup d’être lue ?

Mirapolis est bien la cité des mirages : mirage de paix, mirage de stabilité, mirage de bonheur, mirage de grandeur. Tout y est faux et parfaitement réglé.

Pas seulement une critique d’une disparité entre riches et faibles, puissants et opprimés, et une mise en avant des méfaits des guerres, de la pollution et des armes de destructions massives.

Tandis que Nakat romance l’histoire du monde, l’histoire du livre, de l’écrit et de la sauvegarde des connaissances sous les yeux ébahis d’Anguéo (et les nôtres), ce sont d’autres pensées et questions fondamentales qui apparaissent. Face à l’immigration, d’où vient le refus d’offrir l’asile à ceux dans le besoin quand la cité en a les moyens (et qu’elle peut se les donner) ? Mirapolis avance des éléments de réponse entre les lignes de son histoire. Pourquoi il est important d’avoir les moyens d’engranger seul de nouvelles connaissances ? Pourquoi questionner les informations que l’on nous donne ? Parce que le contrôle des masses passe par la régulation des informations et le contrôle des connaissances…

Anguéo est un héro qui a beaucoup à apprendre. Naïf par la force des choses, il commence seulement à voir les failles du monde qui l’entoure. Le rôle de Méji, Télia, Mériel et Liona, quatre jeunes de la cité haute et apprentis de Vésinède reste à découvrir. Et Nakat est le plus ambigu d’entre tous. Il possède la connaissance et consent à la partager avec Anguéo, mais dans quel but ?

Mirapolis n’innove pas dans les sujets abordés, et le genre dystopique est bien ancré dans la littérature adolescente actuelle, mais l’histoire est bien menée et se lit avec plaisir. Hélène Montardre flatte l’égo de bibliothécaire qui est en moi : l’importance donnée à la conservation, au partage et à la transmission des connaissances et de la vérité résonne avec mon amour des livres !

Mirapolis T1 : Les Ombres de la cité
Hélène Montardre
Magnard, 2014

Publicités

Un commentaire sur “Mirapolis Tome 1

  1. Pingback: Bilan 2015 reading challenge #1 | Arcanes Ouvertes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 20 janvier 2015 par dans Critiques, et est taguée , , , , , , .
Follow Arcanes Ouvertes on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :