Arcanes Ouvertes

Critiques et avis sur la littérature jeunesse

Chroniques lunaires Livre I

On pourrait croire qu’à force d’avoir été transposés, revisités et adapté de si nombreuses fois, les contes de fée n’auraient plus rien de nouveau à nous proposer. Grave erreur. Marissa Meyer commence avec Cinder une série riche, qui puise dans la trame des contes pour nous offrir une histoire futuriste passionnante.

Cinder est une mécanicienne. Elle est aussi une cyborg, au grand déplaisir de sa famille d’adoption. L’homme qui l’a recueilli est mort il y a longtemps, touché par la pandémie de létumose, maladie mortelle et incurable. Sa belle mère, Adri, comme sa demi-soeur Pearl, n’ont que dédain pour elle qui n’est plus que demi humaine. Peony la plus jeune et l’androïde Iko sont bien ses seules amies.

Tout aurait pu continuer ainsi à jamais, si le Prince Kai, futur empereur de la Communauté orientale, n’avait eu besoin de faire réparer en toute discrétion un androïde royal. Si son père n’était gravement malade. Si la reine Levana, dirigeante d’un peuple sans pitié que la vie sur la Lune à doté de pouvoirs particuliers, n’avait des vues sur le trône de la Communauté. Et si un bal tant attendu n’était en préparation…

Savant mélange de conte et de science fiction, Cinder commence une histoire dense, aux fondations solides, qui nous entraîne dans un futur où machines et cyborgs côtoient les humains et où l’homme a posé le pied sur la Lune depuis bien longtemps. Un monde où les étoiles sont invoquées pour apporter bonne fortune, mais où la Lune et ses habitants emplissent de crainte le coeurs des terriens. La différence terrifient, surtout quand elle s’accompagne des capacités hors du commun…

Vous ne le savez peut-être pas encore mais j’ai un petit (énorme) faible pour les contes de fées. Plus encore, pour les contes de fées détournés… Une trame connue, quelques personnages emblématiques, des retournements de situations et des éléments attendus qui font à chaque fois mon bonheur ! J’hésitais à me lancer dans cette série, qui partait vraiment loin, en implantant Cendrillon dans un monde de science fiction. Je suis contente d’avoir attendu, pour me préserver de l’attente entre la lecture de chaque tome, car les Chroniques lunaires sont un véritable coup de coeur !

Je ne dirai pas que tout, dans l’histoire de Cinder, est nouveau et inédit, mais il y a suffisamment d’originalité pour nous surprendre.
On se retrouve sans y paraître à rechercher les similitudes entre Cinder et le conte de Cendrillon, quels points de l’histoire d’origine ont été
conservés, et sous quelle forme, et c’est un plaisir de voir qu’ils
s’imbriquent si bien dans l’histoire. Cinder est forte, pleine de jugeote et de caractère, et un personnage que l’on ne peut qu’apprécier pour son humanité.

Imaginatif, bien construit, avec une fusion improbable mais incroyablement réussie entre contes de fées de notre enfance et univers futuriste, les Chroniques lunaires sont une petite pépite de lecture.

Et pour prolonger votre passage dans l’univers de Cinder, deux nouvelles gratuites à télécharger :

Nouvelle 0.5 : Il était une fois Cinder

Nouvelle 0.6 : The Little Android (en anglais uniquement)

Merci à Lectures et Cie sans qui je n’aurai jamais connu l’existence de ces nouvelles !

Cinder
Chroniques Lunaires 1
Marissa Meyer
PKJ, 2013

Publicités

2 commentaires sur “Chroniques lunaires Livre I

  1. Pingback: Bilan 2015 reading challenge #1 | Arcanes Ouvertes

  2. Pingback: Bilan lecture #03-04 | Arcanes Ouvertes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow Arcanes Ouvertes on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :