Arcanes Ouvertes

Critiques et avis sur la littérature jeunesse

Les Sentinelles du futur

Dans un futur lointain, les ressources sont épuisées, l’eau manque, la
planète est en ruine. Pourtant, les terriens le savent : dans 300 ans, la civilisation sera toujours debout, et mieux encore : elle s’est
relevée, et avec elle les arbres, les plantes, les animaux et l’eau ont
recommencé à prospérer. Les Sentinelles du futur, les quelques élus qui ont eu l’occasion de
visiter ce futur idyllique l’ont promis : quelque chose est arrivé qui a
sauvé l’humanité et la planète toute entière. Nous sommes en 2359, et
le jeune Elon, comme tous ses congénère, attend avec impatience que
l’Espoir arrive et sauve la face du monde.

Mais pendant que les jeunes de l’Académie se préparent à la venue de l’Espoir et apprennent les connaissances nécessaire à la
reconstruction du monde, en 2659, une nouvelle catastrophe menace l’humanité.

Je pense que je ne suis pas faite pour ce type de romans-là. Cette science-fiction spéculative qui traite des changements du climat, de la disparition des énergies fossiles, de la famines et des guerres engendrées par les rivalités autour des ressources épuisables de la Terre. Je leur trouve, toujours, un côté moralisateur insupportable à entendre, pour une raison très simple : le lecteur est plongé, très souvent, dans un monde à la limite de la ruine, une destruction de la planète et de son équilibre bien entamée ou sur sa fin. Et le héros est là, jeune, indigné, regrettant un monde passé qu’il n’a jamais connu, déjà révolu à sa naissance. Un héros qui seul a la charge de faire changer les choses.

En somme, ce qui est attendu de notre génération – les discours écologique rabâches à l’école dès le plus jeune âge depuis une quinzaine d’année : faites le tri, faites attention à la consommation d’eau, enfants irresponsables, tandis que les générations précédentes, les autorités, les lobbys et les chefs d’états continuent leur course au pouvoir et à la richesse en fermant gentiment les yeux sur les conséquences de leurs (in)décisions.

Les Sentinelles du futur appuie très fortement sur ce noeud-là du problème : l’inaction de ceux qui ont le pouvoir et l’attente que quelqu’un d’autre trouve une solution pour les sauver.

J’ai eu du mal à lire ce roman.

Pas parce qu’il est mauvais : non, il est bien écrit, et Carina Rozenfeld a de bonnes idées et réserve quelques surprises étonnantes au lecteur, et je reviendrai voir ce qu’elle écrit plus tard, mais pour moi l’histoire ne prend pas. Elle ne parvient pas à m’émouvoir, car le parallèle avec notre présent me met en colère. L’idée du voyage dans le futur, de la rencontre entre deux jeunes d’époques différentes, dans ce contexte, n’a pas réussi à m’intéresser plus que cela. Et les sentiments au premier regard, avant même de rencontrer la personne ? Ça ne me parle pas non plus à titre personnel. Les bons échos entendus avant ma lecture, qui m’avaient encouragés à choisir ce roman, n’ont hélas pas trouvé de résonance en moi – je devrai simplement arrêter de choisir des livres dont le thème ne me convient pas, tout simplement.

Les Sentinelles du futur
Carina Rozenfeld
Syros, 2013
(Soon)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow Arcanes Ouvertes on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :