Arcanes Ouvertes

Critiques et avis sur la littérature jeunesse

Le Messager

A Village, les gens semblent changer sans raison. Les voisins autrefois attentionnés se querellent, les valeurs d’accueil et de générosité qui ont fondé Village semblent perdre de leur éclat. Matty a grandi. Lui l’ancien fanfaron est devenu le compagnon précieux de Visionnaire. Il est l’un des seuls êtres que Forêt accepte de laisser passer en son sein sans attaque. Et dans Village où les secrets sont bannis, il dissimile un don qu’il peine encore lui-même à percevoir.

Troisième volet de la tétralogie de Lois Lowry, après Le Passeur et L’Elue, Messager continue de développer cet univers futur où de nouvelles sociétés plus ou moins utopiques ont vu le jour suite à une catastrophe passée et depuis longtemps oubliée.

Si l’Elue construisait un univers indépendant du Passeur, Messager est clairement la suite de L’Elue et fait le lien entre les deux premiers tomes. On retrouve Matty, Farouche d’entre les Farouches et jeune vagabond dont l’aide fut précieuse pour Kira. Ses frasques passées l’ont conduit à Village, une communauté ouverte à tous les indésirables, aux éclopés de la vie, à ceux qui n’ont pas trouvé accueil favorable dans leur village d’origine. Maintenant jeune adolescent, il est presque en âge de recevoir son nom d’adulte, son vrai nom, reflet de ses capacités et de son rôle dans la société qui l’a adopté.

A Village, chacun a sa place et chacun peut vivre confortablement, en harmonie avec ses voisins. L’argent n’a pas sa place ici, tout s’obtient par l’échange. Mais les dernières sessions de Troc ont apportées des nouveautés superflues. Forêt s’épaissit et semble de plus en plus inhospitalière à ceux qui la traverse. Un mal semble s’insinuer partout. Et on parle même, a Village, de fermer les portes aux étrangers…

Pas aussi pénétrant et passionnant que le premier tome de la série, et moins fluide dans sa lecture, Messager reste un livre intéressant qui nous fait retrouver avec plaisir des personnages aimés : de Meneur, arrivé en luge en fuyant sa communauté fermée, qui voit ce que les autres ne voient pas, à Kira aux doigts doués d’une vie propre pour toute broderie qui passe entre ses mains. Tout l’intérêt de ce tome réside dans cette communauté dont l’utopie semble se briser, dans le mal qui la ronge et le mystère de Forêt. Mais tous ces éléments ne parviennent pas tout à fait à nous attacher à l’histoire et aux personnages.

Messager
Lois Lowry
L’Ecole des Loisirs, 2005
(Médium)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 8 octobre 2015 par dans Critiques, et est taguée , , , , , , .
Follow Arcanes Ouvertes on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :