Arcanes Ouvertes

Critiques et avis sur la littérature jeunesse

Cité 19

On dit qu’il se serait jeté de la tour Saint-Jacques. Mais quand Faustine est convoquée pour identifier le corps, elle ne reconnait pas son père. Pour elle, il a été enlevé, et elle est bien décidée à le retrouver. Même s’il lui faut pour cela déranger une étrange société qu’elle a croisé par mégarde par le passé. Elle est prête à tout… elle ne s’attendait certainement pas à se retrouver propulsée à des années de chez elle : dans le Paris du XIXe siècle. 

J’ai beaucoup de choses à dire de Cité 19. Ce roman m’a intrigué dès le début. Sa couverture comme son résumé étaient prometteurs – et en effet, la lecture est prenante ! Chaque mystère semble en cacher un autre, et plus on rentre dans le récit, plus l’histoire devient complexe.

Paris au moment des grands travaux haussmanniens est fascinante. Son ambiance romancée est irrésistible, lieu de tous les fantasmes, et un superbe terreau dans lequel faire évoluer ses personnages. Les détails apportés par l’auteur sont nombreux sans être trop pesants pour le récit, et toujours fascinants.

Malgré tout, je suis partagée. Faustine est une personnage intéressant, qui évolue beaucoup – et en même temps, il lui manque quelque chose. Tout semble lui réussir, alors qu’au contraire elle vit en peu de temps énormément de choses difficiles. On vient à peine de faire sa connaissance que l’auteur s’échine à nous montrer qu’elle est différente, indépendante, ayant du mal à s’intégrer à ceux de son âge ; qu’elle a eu une période rebelle, qu’elle a fuit après un incident qui l’a perturbée. Sa mère à disparu sans laisser de trace. Lycéenne, elle a souhaité avoir son appartement à elle… Beaucoup de détails pour une seule personne, destinés à faire d’elle un personnage hors du commun, mais qui sonnent faux.

Elle se lie d’amitié avec une fille, mais éprouve des sentiments pour le garçon que celle-ci convoite – et on retrouve le fantasme du triangle amoureux sous son aspect le plus cliché, et certainement le plus insupportable. Bien sûr, sa soi-disant amie est superficielle et égocentrique, ravie de voir sa rivale écartée, et bien sûr le garçon se rend compte trop tard de la personne qu’il aime vraiment…

Après, j’aime beaucoup la foule d’informations que nous fournit l’auteur sur l’époque dans laquelle Faustine est propulsée. Je vais de surprises en surprises avec plaisir. Il me tarde de savoir où tout ceci va nous mener. Mais je n’en oublie pas pour autant les défauts de l’intrigue.

Il y a beaucoup de choses que j’aimerai pouvoir dire sur ce roman, des points qui m’ont marquée, sur les personnages, l’univers, l’enchaînement des événements (totalement inattendus mais parfaitement exécutés), mais ce serait dévoiler des points clés de l’intrigue. J’attends la sortie du prochain tome  avec impatience pour pouvoir vous parler de tout ça – et je suis aussi fort curieuse de voir où l’intrigue va nous mener.

A suivre en février donc.

Cité 19
Stéphane Michaka
Pocket jeunesse, 2015

Enregistrer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 6 janvier 2016 par dans Critiques, et est taguée , , , , , , , , .
Follow Arcanes Ouvertes on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :