Arcanes Ouvertes

Critiques et avis sur la littérature jeunesse

Tabula Rasa

Tabula rasa, une société en pleine mutation. Mutations physiques, pour être exacte, dues à la consommation de produits à moindre coût – et piètre qualité. Les mutés, enragés contre les derniers membres sains du pays qu’une plus grande richesse à éloigné des mauvaises denrées, se sont révoltés. Dans cette société perdue,

Hazel et Mishka traversent seuls cette violence, avec l’espoir de trouver refuge dans une communauté providentielle que la rumeur dit libre et prospère, comme nulle part ailleurs.

Une bande dessinée entre monde apocalyptique et mutants qui reprend et apprivoise bien les codes du genre. Il est toujours intéressant de voir comment différents auteurs reprennent et enrichissent cette catégorie fictionnelle, qui possède déjà de très bons récits, et s’ils parviennent à proposer de nouvelles idées.

Avec Tabula rasa, Pierre Maurel nous plonge directement au coeur de la ville, qui semble avoir perdu toute humanité. Entre ces murs peu accueillants, deux adolescents sont à la recherche d’un lieu sûr, où les mutants ne sèmeraient plus la terreur. Mais trouver une communauté qui n’aurait pas encore été ravagée par la violence et la jalousie de ceux qui ont perdu leur apparence humaine n’est pas sans danger – encore faut-il qu’elle existe et qu’on en trouve la trace.

Hazel et Mishka, nos deux héros, sont des adolescents comme les autres, seulement propulsés dans une situation difficile. Ils se soutiennent comme ils peuvent, et tentent de survivre à ce nouveau monde en restant cachés. Pas des grands héros, mais deux personnages humains aux caractères différents.

L’histoire est bien menée, servie par des graphismes sans fioritures qui collent bien au thème, et une narration efficace. On évite le manichéisme simpliste des gentils humains/méchants mutants, dont l’auteur aurait pu se contenter, et c’est tant mieux ! Un peu court tout de même, avec des résolutions qui arrivent un peu trop à point nommé. Surtout que le contexte est intéressant ; j’aurai aimé le voir exploré plus longuement.

Tabula Rasa
Pierre Maurel
Gallimard, 2014
(Bayou)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 19 janvier 2016 par dans Critiques, et est taguée , , , , , , , , .
Follow Arcanes Ouvertes on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :