Arcanes Ouvertes

Critiques et avis sur la littérature jeunesse

Nous les enfants sauvages

Tout être non humain découvert doit être signalé aux autorités pour être immédiatement éliminé. 

C’est ainsi depuis que l’on a découvert les animaux responsables de la propagation du virus qui a décimé la population.

La règle est stricte. Alors, pourquoi Linka n’a-t-elle rien dit, après avoir découvert cette bête étrange à quelques pas de l’orphelinat ? Et pourquoi la ramener avec elle, malgré les dangers que Vive représente pour ses camarades ? Pour elle, pour Milo et Oska, c’est le début de la rébellion.

Je ne sais trop quoi penser de ce roman.

Beaucoup de choses mon plu. L’écriture, soignée, une succession de phrases tour à tour poignantes, percutantes ou résonant comme des vérités. Certains passages m’ont marqué tout particulièrement, par la justesse de leurs mots.

Le sujet ensuite. Ce monde imaginaire qui pourrait être notre futur, à quelques décisions près. Qui n’a pas en tête des politiques qui ont prit des mesures exceptionnelles face à une crise, sans en mesurer les conséquences futures… Il suffirait d’un virus, propagé par un animal, pour que les amis de l’homme deviennent bêtes à abattre. Un mélange d’anticipation, d’organisation dystopique d’une société, et de préoccupation écologique – car c’est bien là le noeud du roman. Plus que l’éradication irraisonnée des bêtes, et ce qu’ils nous apportent d’affection et de compagnie, c’est l’organisation de l’écosystème qui est mise en péril. Plus d’animaux domestiques, c’est l’absence de bétail, d’élevage pour la consommation humaine ; c’est trouver des éléments nutritifs indispensables ailleurs, dans les insectes par exemple. C’est aussi, et bien plus grave, la perte d’animaux qui régulaient l’équilibre entre plantes, insectes, proies et prédateurs. Plus d’oiseaux pour lutter contre des insectes dévoreurs de récoltes – s’ils ne sont pas porteurs de maladies pour les plantes ou l’homme. Donc des pesticides, toujours plus efficaces… Et dangereux.

Ce que je reprochais à L’Héritage d’Anna de

Jostein Gaarder

et Les Sentinelles du futur de Carina Rozenfeld, une approche très scolaire, moralisatrice, à la fois trop complexe et trop enfantine de l’action de l’homme sur l’écosystème, je ne l’ai pas retrouvé ici. Les enjeux écologiques sont seulement un pendant d’enjeux plus complexes, révélés au cours du récit d’une manière tout à fait naturelle et spontanée. Et du coup, le message est beaucoup plus efficace.

Au delà de ces enjeux (qui m’affectent particulièrement), c’est une histoire vraiment intéressante, avec des personnages que l’on prend plaisir à suivre, et un univers qui se dévoile peu à peu.

Mon problème vient de la résolution (que je ne dévoilerai pas), un peu facile, qui a un goût d’inachevé. Comme si l’auteur avait construit un univers en oubliant de poser la fin du récit.

Et de Vive, cet animal étrange, comme aucun autre auparavant, et qui ne devrait pas rester en vie dans cette société sans bon humain, me laisse perplexe. Avec un rôle à la fois bien faible et trop important. Elle est l’élément déclencheur pour les trois enfants, le secret à garder ; mais aussi une bête inconnue aux capacités peu communes, qu’aucun autre animal n’a jamais montré auparavant. Là où l’auteur aurait pu choisi n’importe quel animal comme déclencheur de prise de conscience pour Linka, un survivant de l’éradication systématique, elle a préféré une créature imaginaire. Au fort potentiel, pas assez (ou trop) exploité.

Nous les enfants sauvages n’est pas du tout ce à quoi je m’attendais, intéressant d’une toute autre manière que prévu, avec un univers qui tient la route – et assez réaliste pour faire peur. C’est une lecture pas évidente pour le public adolescents à laquelle elle est destinée, habitués à des romans plus rythmés, des conflits et enjeux plus marqués. Mais les questions de société que le roman aborde, par le prisme d’une science-fiction douce assez poétique, valent le coup d’être découvertes.

Nous les enfants sauvages
Alice de Poncheville
École des loisirs, 2015

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow Arcanes Ouvertes on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :