Arcanes Ouvertes

Critiques et avis sur la littérature jeunesse

Mauvais fils

Mauvais fils. Voilà ce qui tourne en boucle dans l’esprit de Ghislain, chaque fois qu’il passe devant la photo de mariage de ses parents. Parce qu’il sait, même si eux ne sont pas prêt à l’admettre, qu’il ne correspond pas à l’image du fils parfait qu’ils espèrent.

Il n’est pas fait pour les longues études – n’en a pas la patience ni l’envie. Il n’est pas un grand sportif, ni intéressé par la mécanique et le bricolage. Et il n’ose pas le dire, mais il sait : il ne leur ramènera jamais une fille ; lui préfère les garçons.

S’il accepte en semaine de brancher des fils et d’apprendre l’électricité, ses weekends sont l’occasion de faire ses premières expériences… tant qu’ils ne l’apprennent pas.

Raphaële Fier nous parle avec Mauvais fils d’homosexualité, de découverte et d’acceptation de soi.

Ghislain, notre narrateur, aimerait bien ressembler à l’image que ses parents attendent de lui – surtout son père, si prompt à juger, très attaché à son idée de rôle masculin et de famille idéale. L’homme bricole, répare ; la cuisine est pour sa femme. Il déplore l’absence de petite amie pour son fils, rêve de le voir prendre un métier d’homme.

Comme on peut s’y attendre, la sexualité de Ghislain ne reste pas secrète bien longtemps. Il fait attention, mais même dans les grandes villes on n’est pas à l’abri du commérage. Et avec le caractère de ses parents, on se doute que la nouvelle ne sera pas bien prise. Pourtant, pas de misérabilisme dans cette histoire. Des parents aux idées fermées ne signifient pas la fin de tout ; on peut trouver écoute et générosité ailleurs, même dans les situations les plus difficiles. Et trouver un endroit où s’exprimer et être soi-même.

Ce qui étonne le plus peut-être, c’est de découvrir l’influence invasive et perverse de l’opinion des parents sur sa propre opinion de soi.

Un roman court, au ton assez juste, qui aborde une découverte de soi pas toujours évidente (ni bien acceptée par l’entourage) sans plonger dans le dramatique. Oui, certaines fois, cela se passe mal. D’autres peuvent faire leur coming-out sans le moindre problème, et sans perdre personne dans leur entourage. Toutes les expériences sont différentes, et il est intéressant de voir que même si ça commence mal, les choses s’arrangent.

Mauvais fils
Raphaële Frier
Talent haut, 2015

Publicités

2 commentaires sur “Mauvais fils

  1. La Tête En Claire
    17 février 2016

    Ta chronique est très intéressante je pense que ce livre pourrait me plaire =D

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 17 février 2016 par dans Critiques, et est taguée , , , , , .
Follow Arcanes Ouvertes on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :