Arcanes Ouvertes

Critiques et avis sur la littérature jeunesse

La Boulangerie de la rue des Dimanches

Il y eu d’abord Louis Talboni et Adèle Pelviaire, si amoureux qu’ils en gravèrent leurs initiales dans le tronc d’un arbre et oublièrent d’apprendre à travailler. Puis vint leur fils Jack, qui ignora longtemps pauvreté et richesse mais grandit aimé, nourri de mouches et de sardines. Plus tard, il lui fallut apprendre un métier : baguettes pas trop cuites et religieuses au chocolats seront ses talents.

Voilà une histoire dont il vaut mieux ne pas trop en dire, au risque de révéler un délicieux morceau d’absurde dont la surprise fait tout le charme. On y trouve de la musique, de l’amour, l’apprentissage du travail, de nombreux lundis suivis de nombreux dimanches de loisirs épanouis ; des sacrifices, du temps et une drôle de vie.

C’est un drôle de mélange. Une histoire d’amour, un soupçon de sacrifice, deux nouveaux amoureux vivant de musique et de temps qui passe, un jeune garçon orphelins qui apprend un peu par hasard un peu par chance le métier de boulanger-pâtissier.

C’est un roman poétique et un conte absurde mêlés, sur un air de Quatre saisons de Vivaldi.

Que ceux qui n’aiment pas les histoires tristes et farfelues passent leur chemin : ce roman là ne sera pas pour eux. Ceux que les Orphelins Beaudelaire et Tim Burton ravissent y trouveront leur bonheur.

La boulangerie de la rue des dimanches
Alexis Galmot, Till Charlier
Grasset jeunesse, 2011
(Lecteurs en herbe)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 21 février 2016 par dans Critiques.
Follow Arcanes Ouvertes on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :