Arcanes Ouvertes

Critiques et avis sur la littérature jeunesse

Nil


Nil.

Une île magnifique, aux paysages idylliques dignes des plus belles cartes postales.

Une île dangereuse, hostile, avec une seule porte d’entrée, et une seule porte de sortie. Une porte mouvante et imprévisible, qu’une seule personne peut franchir par jour.

Des les premières secondes sur l’île, le compte à rebours est lancé – une course contre l’esprit capricieux de Nil aux pièges mortels…

Charley se retrouve sans bien savoir comment dans ce lieu étrange, seule, nue, déboussolée. Thad parcours Nil depuis plus de 250 jours, chaque jour à la recherche d’une nouvelle porte. Dans la Cité de Nil, la vie s’organise, dans l’espoir que le plus grand nombre d’entre eux puisse quitter l’île, vivants.

Voilà une publication de 2016 que j’attendais avec impatience ! La couverture magnifique, avec sa phrase d’accroche : “comment s’échapper d’un île qui n’existe pas ?”, et son résumé m’ont immédiatement donnés envie de me plonger dans ce roman.

Nil reprend un peu des ingrédients qui m’ont fait apprécier L’Epreuve de James Dashner – la série, et non les films que j’ai personnellement trouvés barbant et dénués de ce qui faisait l’originalité des romans. Des adolescents, qui se retrouvent sans savoir comment dans un lieu éloigné de toute civilisation, sans contact avec le monde extérieur, et à la recherche d’une porte de sortie.

Nil aurait pu être une pâle copie du Labyrinthe, dont il reprend plusieurs éléments, ou s’inspirer de Sa majesté des mouches de William Golding. Mais il parvient à garder les propres singularités, et nous offrir une histoire prenante et intéressante.

Là où le Labyrinthe (et dans une moindre mesure ses suites) possédait un rythme effréné et une écriture sous tension presque anxiogène, Nil prend plus le temps de dérouler son intrigue. Les jours passent, les semaines s’enchaînent, et le lecteur en est conscient, comme les personnages : car leur temps pour trouver leur porte de sortie est limité. Moins happé par les événements mais peut être plus conscient des enjeux.

On retrouve un groupe d’adolescents qui a su s’organiser autour d’une Cité, avec ses règles et ses besoins, dans un monde sans adultes. Chacun doit fournir quelque chose pour que l’ensemble de la communauté survive : biens matériels, nourriture, travail en équipe pour trouver ces fameuses portes de sorties. Bien avant l’arrivée de nos deux personnages principaux sur l’île, d’autres adolescents les ont précédés, laissant derrière eux des marques de leur passage : leur savoir, transmis à d’autres, des outils, une structure. Et un tableau de noms – des vivants, des morts, et des absents. Tous sont a égalité devant le travail qu’ils fournissent. Et bien sûr, cela ne se fait pas sans discorde ni éléments perturbateurs…

En suivant deux personnages, une novice et un vétéran, deux jeunes gens qui ont deux façons différentes de comprendre Nil, nous avons une vision plus globale de ses règles et de sa dangerosité. On a moins cette impression de héros “élu” qui parvient là où tous les précédents ont échoués, aux capacités au dessus des normes, comme on en trouve dans de nombreux romans pour adolescents. C’est ici plus nuancé, en mettant en avant les différentes compétences de chacun, avec leurs domaines de prédilections et leurs points faibles, et leurs diverses façon de réagir à Nil et ses dangers.

Thad et Charley ont été plaisant à suivre dans leurs parcours sur Nil, et l’intrigue est bien ficelée (malgré quelques détails que j’aurais aimé plus développés). J’ai vraiment apprécié la découverte de l’île et de ses règles, la relation des différents personnages (qui aurait pu tomber dans le cliché mais à su l’éviter), les failles de Thad comme la façon dont Charley à su trouver sa place dans le groupe. Je ne dirai rien de plus sur l’histoire, pour préserver la découverte ! Lynne Matson nous offre une très bonne lecture et le plaisir d’un roman d’aventure qui trouve sa conclusion en un seul tome. Pas un coup de coeur mais un très bon roman d’évasion que je recommande aux assoiffés d’aventure et aux amoureux des mystères et autres puzzles.

(rectification : un petit tour sur le site de l’auteur montre qu’aux moins deux autres tomes sont à venir !)

Nil
Lynne Matson
traduit de l’anglais par Guillaume François
Pocket jeunesse, 2016

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 16 mars 2016 par dans Critiques, et est taguée , , , , , , .
Follow Arcanes Ouvertes on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :