Arcanes Ouvertes

Critiques et avis sur la littérature jeunesse

Je suis qui je suis

J’aimerai commencer cette critique en disant que je suis en désaccord avec la conclusion de l’auteure. Ou plutôt, que la fin qu’elle a souhaité donner à son roman n’est pas celle que j’imagine et veux comprendre. Non pas qu’elle soit mauvaise – j’ai beaucoup apprécié ce roman, vraiment -, mais que l’histoire aurait pu aller un peu plus loin, ou pas tout à fait dans cette direction avec juste un pas de côté, et que c’est cela que je préfère garder.

Raph cache une grande tristesse, une tristesse difficile à comprendre, à supporter. Une tristesse qui pèse, et ralenti, et empêche de faire. Raph est enfant unique, enfin pour le moment, et ce sont ses dernières vacances ainsi. Raph passera l’été à la maison, quand tous ses proches seront ailleurs. Raph n’a envie de rien, certainement pas de faire le grand ménage dans sa chambre.

Raph, on ne sait pas vraiment qui c’est : fille, garçon ? Le texte élude la question, l’auteur joue avec nos perceptions, on ne nous donne aucun indice, et ce n’est pas cela qui importe : non, ce qui préoccupe, ce qui tracasse, c’est ce poids sur les épaules, cette envie de rien, cette lassitude maussade qui survole Raph depuis un certain temps déjà, ce quelque chose qui n’a pas de mots pour s’exprimer car on ne sait pas trop d’où il provient. C’est ce qui a transformé une erreur de boite aux lettres en main baladeuse et curiosité déplacée, un rituel presque malsain très bien dissimulé.

Pendant ces vacances sur place, où rien n’a d’intérêt, il y a pourtant cette fille, qui retient l’attention et vient briser la monotonie. Quelqu’un de nouveau avec qui on peut se confier sans les fardeaux du vécu.

J’admire beaucoup le coup d’équilibriste réalisé par Catherine Grive. Tenir aussi longtemps sans dévoiler le genre de son personnage, sans utiliser de pronoms ou d’accords révélateurs, cela n’a rien d’évident !

Son sujet non plus, n’est pas facile à écrire. Est-ce la tristesse à quelques pas de la dépression, ou bien la question du genre, si difficile à cerner chez Raph, la thématique principale ? Peut-être bien un peu des deux, desquels découlent cette cleptomanie seulement centrée sur le courrier de ses voisins que Raph ne maîtrise plus du tout.

Pour moi, que les questions de genre et de sexualité fascinent – j’ai lu beaucoup sur le sujet, définitions comme témoignages, fictions et réalités, je commence à en avoir une belle bibliographie -, c’est peut-être même la question de la binarité de genre qui est effleurée. Ce n’était peut-être pas tout à fait volontaire, de la part de l’auteur, mais ceux qui oscillent sur l’entre-deux se reconnaîtront peut-être en Raph.

Je suis qui je suis
Catherine Grive
Rouergue, 2016
(DoAdo)

Publicités

11 commentaires sur “Je suis qui je suis

  1. La Tête En Claire
    1 mai 2016

    Je l’ai acheté ce mois-ci, ta chronique me rend encore plus curieuse que je ne l’étais déjà ^^

    J'aime

    • arcanesouvertes
      1 mai 2016

      Je l’ai vraiment beaucoup aimé ! Et je suis contente d’avoir pu le lire sans tomber sur une critique qui aurait dévoilé l’intrigue (un conseil, ne va pas voir le résumé sur le site du Rouergue : ils dévoilent le plus important !!)
      On voit rarement ce genre de personnage en littérature jeunesse, et écrit avec justesse comme ça. Lis-le !

      Aimé par 1 personne

      • La Tête En Claire
        1 mai 2016

        Mais c’est pas le résumé de la quatrième de couv sur le site? Haha je ne vais plus résister longtemps je vais peut-être même m’y mettre de suite ^^

        J'aime

      • arcanesouvertes
        1 mai 2016

        Nope, c’est pas le même ! Ils ne présentent pas du tout de la même façon le roman : la quatrième de couv est beaucoup plus fine et présente mieux les enjeux du roman.

        Aimé par 1 personne

      • La Tête En Claire
        1 mai 2016

        D’accord je n’irai pas sur le site ^^ Merci du conseil =D

        Aimé par 1 personne

      • arcanesouvertes
        1 mai 2016

        De rien 🙂

        Aimé par 1 personne

      • La Tête En Claire
        1 mai 2016

        Du coup je l’ai commencé, pour l’instant j’ai lu 40 pages et j’adore, c’est simple mais très juste. Je sens que la suite va me toucher, merci pour le conseil!

        Aimé par 1 personne

      • arcanesouvertes
        1 mai 2016

        Ah ah, contente que ça te plaise !

        J'aime

  2. Pingback: Je suis qui je suis de Catherine Grive | La tête en claire

  3. ladocattitude
    17 mai 2016

    J’ADOREEE les éditions du rouergue ! Il y a de sublimes récits de vie pour ados ! Je ne connaissais pas ce roman, merci pour la découverte !

    J'aime

    • arcanesouvertes
      17 mai 2016

      De sublimes récits en effet, avec une tonalité souvent très juste. Ils ont d’excellents auteurs qui n’ont rien à envier à la littérature « adulte » !
      Si tu lis celui ci n’hésite pas à m’en faire un retour 🙂

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow Arcanes Ouvertes on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :