Arcanes Ouvertes

Critiques et avis sur la littérature jeunesse

Aloys

Aloys (1168)

Aloys (1168)

 

Aloys a passé plus de la moitié de sa vie dans le monastère où ses parents l’ont laissée des années plus tôt. Alors que la plupart de ses camarades s’accommodent bien de ce mode de vie, elle ne parvient toujours pas à accepter l’isolement. Le monde, entraperçu dans les lourds ouvrages dont elle fait les enluminures, la fait rêver – malgré les dangers contre lesquels ils la mettent en garde. L’été de ses treize ans signe le début d’un compte à rebours inéluctable : bientôt, elle devra prêter serment et rejoindre définitivement le rang du monastère. Dès lors, la vie cadrée qu’elle a toujours mené entre ces murs de pierre infranchissables devient tout à coup une prison, dont il lui faut à tout prix s’évader, avant qu’il ne soit trop tard.

Je ne savais quoi à quoi m’attendre avec ce roman ; il aura réussi à me passionner de bout en bout !

Je lis peu de romans historique en ce moment, et ce n’est pas mon genre de prédilection en général. Aloys, avec sa couverture peu commune, a su m’intriguer, et les quelques phrases de son résumé ont ouvert ma curiosité. Un choix que je n’ai pas regretté !

Aloys nous présente tout au long de ce roman, rythmé par les quatre saisons, sa vie au monastère que l’arrivée de deux nouvelles vient troubler. L’été commence ; dans quelques mois s’accomplira sa cérémonie des vœux définitifs, qui consacreront pour toujours sa vie à Dieu. Mais depuis quelques temps, elle ne parvient plus à accepter la monotonie de ses journées. Elle doute. Pas de son engagement à Dieu, mais de sa place au monastère. L’extérieur la fascine, elle voudrait plus, et ne se reconnaît ni dans les vieille sœurs, ni dans Jehanne si douce et pleine d’une assurance paisible, toute à sa place au monastère, ni face aux sœurs de son âge, qui trompent l’ennui de l’abbaye entre ragots, mesquineries et jalousies. Mais une autre vie semble impossible, pour celles qui n’ont pas même le droit de sortir de l’abbaye.

J’ai beaucoup apprécié ce roman, qui m’a entraîné dans un monde inconnu pour moi, sans avoir la moindre idée du voyage qui m’y attendais. C’est un roman du quotidien, une année dans la vie d’une sœur, son regard sur son monde clos, ses émois, ses réflexions. On est loin du roman d’aventure qui enchaîne les moments d’action à un rythme effréné, comme du récit d’une rébellion face à l’ordre du monde. Ce récit se déroule en plein cœur d’un XIIe siècle réaliste, où la place accordée aux femmes est restreinte, et l’insoumission y est plus que proscrite.

Pas un seul moment je ne me suis ennuyée dans ma lecture, tant la plume de Sarah Turoche-Dromery et son art de dérouler les histoires tient votre attention. En quelques chapitres, elle nous présente le quotidien d’Aloys, entre les jours rythmés par les offices, le travail au scriptorium, à la lingerie ou dans les champs, et les repas ; les années écoulées parmi les sœurs, qui ont laissé leurs traces ; les souvenirs presque disparus de sa vie d’avant, et le futur qui l’attend. Les jours, les mois passent, et chaque saison la rapproche un peu plus de la fin, de la décision qu’elle devra prendre, et le choix limité qui s’étend devant elle.

Nous sommes les confidents de ses peurs et de ses doutes, et de sa résolution qui se forge au fil des épreuves du temps, et c’est d’une oreille attentive et avec espoir que nous la suivons, tout au long de cette année décisive.

 

Aloys (1168)
Sarah Turoche-Dromery
Editions Thierry Magnier, 2016
(Roman)

Enregistrer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow Arcanes Ouvertes on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :