Arcanes Ouvertes

Critiques et avis sur la littérature jeunesse

Allison

Allison

Allison

 

1993. Dernière année de lycée pour Allison, bientôt l’occasion de quitter sa petite ville française pour de plus grands horizons. Elle a pour elle la musique. Celle qu’elle joue avec son groupe, celle qu’elle écoute, et celle qui, un matin comme un autre, la fait littéralement planer : casque vissé sur les oreilles, sur Loveless de My Bloody Valentine, ses baskets quittent le sol pour quelques instants. Ce n’est pas tout à fait sa première expérience de ce phénomène, ni la dernière. Pouvoir hérité de son père ? ou maladie ? Il lui faut chercher une réponse, et tenter de se trouver elle-même.

Ce roman, j’aurais pu passer entièrement à côté. Je n’en avait pas entendu parler, je connais peu Les Moutons électriques, et sans les conseils avisés de ma libraire de coloc, je ne l’aurais jamais commencé. Ç’aurait été fort dommage.

Lire Allison, c’est entrer dans la vie d’une jeune fille passionnée, une amoureuse de musique éloignée des standards du début des années 90, à un moment charnière de sa vie. La fin du lycée, l’approche du monde adulte, les questions de l’après, l’envie de vivre pleinement et entièrement le moment présent et ce que l’on sait être ses plus belles années.

Allison découvre cet étrange phénomène que produit en elle la musique : son corps entier en résonance avec la musique qu’elle joue ou écoute, et la voilà qui quitte terre, en une lévitation incontrôlée. Vient alors le risque alors pour elle d’être découverte, la peur d’une maladie, peut être ce qui a emporté son père quand elle était si jeune, et dont elle ignore tout. Et l’envie de continuer à jouer, malgré tout, de continuer à vivre, trouver un garçon et peut être tomber amoureuse. Ressentir. Se découvrir.

Une envie, tout au long de la lecture, d’en écouter la bande son, telle que choisie par son héroïne, et se plonger dans un monde de notes, de solos de guitare, de rythmes bien placés. Certes, Allison ne me ressemble pas ; je n’étais pas aussi sûre de mes passions, si imprégnée de musique, avec ce défi face aux questions qu’elle se pose. D’autres certainement s’identifieront à elle. Ce qui est sûr, c’est que j’ai adoré la découvrir, partager ses doutes et ses joies, et faire un bout de chemin avec elle. Je retrouverai la plume de Laurent Queyssi avec grand plaisir.

Allison
Laurent Queyssi
Les Moutons électriques, 2016

Enregistrer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow Arcanes Ouvertes on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :