Arcanes Ouvertes

Critiques et avis sur la littérature jeunesse

Mimic Royal Princess

Il était une fois un pays où le pouvoir appartenait aux femmes…
Alors qu’une grande fête en l’honneur de la reine se prépare, Albert, un jeune orphelin un peu trop curieux, se fait enlever en pleine rue par une marchande d’esclave. L’histoire aurait pu s’arrêter là, s’il n’avait eu une ressemblance fort curieuse avec nulle autre que… la princesse Alexia, héritière du trône ! Le voilà acheté et recruté comme doublure officielle de la princesse, un poste à haut risque dans une cour qui regorge de complots.

D’accord, je l’avoue, je ne m’attendais pas DU TOUT à m’impliquer autant dans cette histoire (et certainement pas à me retrouver, à la fin du troisième tome, si impatiente d’avoir le suivant entre les mains !)

J’ai commencé Mimic Royal Princess dans l’idée de trouver une comédie sur fond d’histoire de royaumes et d’intrigues royales. Un garçon cherchant à se faire passer pour une fille comme on en trouve de nombreux exemples en manga (du culte Parmi Eux de Nakajo Hisaya, à La Rose de Versailles de Riyoko Ikeda au plus récent Host Club Ouran High School – Le lycée de la séduction de Bisco Hatori (que je recommande avec plaisir à tous les amateurs de shôjo)), c’est toujours l’occasion de nombreux quiproquo plus ou moins ingénieux, et de questionnements sur ce qui fait un garçon, une fille, et la (les ?) différence(s) entre les deux. Saupoudrez tout ça d’un contexte un peu plus sérieux, de politique et le tout dans une société matriarcale poussée à l’extrême… oui, il y avait de quoi m’intriguer.

J’ai totalement accroché.

D’abord, aux personnages, tantôt drôles, tantôt profonds, qui se cherchent en eux-mêmes et parmi les autres et la place qui leur est attribuée dans le monde. On assiste à des scènes graves, que viennent détendre des ressorts comics certes souvent vus en mangas mais toujours efficaces. Et puis l’on comprend que l’intrigue est bien plus complexe que prévue. La princesse Alexia, qui cherchait une doublure pour lui permettre de profiter encore un peu de sa liberté, avant que l’anniversaire de ses douze ans la fasse entrer dans l’âge adulte, est en danger constant. Jalousie de sa tante, qui accéderait au trône si la princesse, unique héritière du royaume, venait à disparaître. Mouvements de rébellion des hommes, maltraités, qui n’ont d’autres place que celle d’esclave facilement interchangeable. Le poids des responsabilités et les relations diplomatiques à venir. Et bien sûr, si l’on venait à révéler la supercherie, c’est la vie d’Albert qui serait en danger.

Une histoire palpitante, au graphisme soignée, qui se lit avec beaucoup de plaisir.

Mimic Royal Princess
Yukihiro Utako
d’après l’idée originale de Musashino Zenku
Doki Doki, 2015

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow Arcanes Ouvertes on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :