Arcanes Ouvertes

Critiques et avis sur la littérature jeunesse

Silence

Silence

Silence

 

C’était totalement stupide. Une décision prise sur un coup de tête, une situation qui a dégénéré, une question d’égo et de jalousie. Jules se réveille à l’hôpital, et plus rien n’est comme avant. Il est sourd et, maintenant, il lui faut apprendre à vivre avec. Et décider : dénoncer, ou se taire ?

 

Silence, je l’ai découvert après avoir lu sa suite, Le Garçon de l’intérieur, qui m’avait bien accroché. J’ai découvert Jules à l’envers, ce qui influence quelque peu ma perception du personnage, mais ce n’est pas bien grave.

Jules est un ado comme un autre : une bande de copain avec qui il aime bien traîner, deux amis avec lesquels il partage tout, une passion pour la musique qui le fait vibrer, et une fille qui rempli sa tête de possibles et peut-être. Il n’est pas spécialement du genre à chercher les emmerdes ou défier les règles. Et puis il y a cette fête, une occasion de s’amuser qu’il ne veut rater, Camille qu’il souhaite impressionner. Et la drogue. Puis plus rien.

Silence est le récit de l’après : le réveil à l’hôpital, désorienté, et sourd. Les regards et les questions des parents, de la police qui enquête : que s’est-il passé ? Qui était son fournisseur ? Peuvent-ils encore lui faire confiance ? Et ses questions et peurs à lui, sa rage face à sa situation, l’accumulation de ce qu’il a perdu. Le désespoir face au silence. On remonte avec lui le fil des événements, et on observe son avenir. Le début de la reconstruction et de sa prise en main, ses amis qui lui manque, et l’enquête toujours en cour. C’est son introspection, son quotidien, sa nouvelle vie, et le travail de la police en parallèle dans lequel il est mêlé bien malgré lui. Car si ce qu’il a pris lui a ôté l’ouïe, les conséquences auraient pu être bien plus grave, et la drogue est toujours sur le marché, vendue auprès de bien d’autres jeunes… Quelle part de responsabilité a-t-il dans tout cela, et jusqu’où accepte-t-il d’être impliqué, entre fidélité à sa bande et justice ?

Un roman qui ne révolutionne peut-être pas la littérature jeunesse, mais un récit intelligent et sensible, qui pose de bonnes questions et que l’on lit avec plaisir.

Silence
Benoît Séverac
Syros, 2011

(Rat noir)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 24 septembre 2016 par dans Critiques, et est taguée , , , , , , , , .
Follow Arcanes Ouvertes on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :