Arcanes Ouvertes

Critiques et avis sur la littérature jeunesse

La Fille quelques heures avant l’impact

La Fille quelques heures avant l'impact

La Fille quelques heures avant l’impact

Plus que quelques heures avant le concert de Marion ! Beaucoup ont prévu de s’y rendre, pour encourager leur camarade sur scène, mais tous n’y vont pas pour les mêmes raisons. Camaraderie, rancune, jalousie… en coulisses des décision sont prises, capables de tout faire basculer.

Je suis certaine d’avoir déjà lu du Hubert Ben Kemoun. Je me souviens avoir bien apprécié ses textes sur le moment, même s’ils ne me sont pas forcément restés en tête, chassés par d’autres lectures plus récentes.

Est-ce parce que ce texte-ci fait (très involontairement) échos aux tragiques événements de 2015 ? Parce que les voix des protagonistes sont particulièrement sincères, presque vibrantes de réalisme ? Je crois que La Fille quelques heures avant l’impact laissera sa marque quelques temps.

On le sait, dès les premières lignes, que quelque chose de terrible est arrivé. On ne sait encore quoi, ni comment, ni même qui est touché. Mais peu à peu, en repartant quelques heures en arrières, dans une classe de français quelque peu endormie où chacun à l’esprit habité par ses propres démons, on observe, on cherche et on découvre : l’élément déclencheur, ou plutôt les éléments, fortuits, qui s’empilent et les entrainent vers l’impact. Ils sont présents et ailleurs en même temps : contraintes du cadre scolaire, du cadre des amis, du cadre familial qui leur impose d’être là, ensemble, malgré eux, et leurs pensées qui les entraînent ailleurs, qui les préoccupe en silence, influence leurs actions et réactions.

Un ensemble de petits détonateurs jusqu’à l’explosion finale…

Je n’en dirai pas plus, mais je suis bluffée. Bluffée par la justesse de ces quelques heures et ces quelques vies, qui m’ont traversée. Coup de poing particulièrement efficace et perturbateur. Des sentiments qui se déclenchent : compréhension, reconnaissance, fatigue, espoir, humour, mépris, attente, peur. Et seulement 252 pages.

C’est fort.

A noter, ce roman fait suite à La Fille seule dans le vestiaire des garçons, mais ils peuvent se lire tout à fait indépendamment l’un de l’autre. S’ils ont a priori des personnages en commun, celui-ci ne dévoile pas le précédent et se comprend sans problème.

La Fille quelques heures avant l’impact
Hubert Ben Kemoun

Flammarion jeunesse, 2016

Publicités

2 commentaires sur “La Fille quelques heures avant l’impact

  1. lafontmagali
    2 mars 2017

    J’aime beaucoup Hubert Ben Kemoun, mais je ne connais pas trop les derniers qu’il a écrit…je les notes merci !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 2 mars 2017 par dans Critiques, et est taguée , , , , .
Follow Arcanes Ouvertes on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :