Arcanes Ouvertes

Critiques et avis sur la littérature jeunesse

Inséparables

Inséparables

 

Grace et Tikki sont soeurs, jumelles et inséparables.
Ce n’est pas une tournure de phrase : elles sont siamoises.
Et pour la première fois cette année, elles entrent au lycée. Avec son lot de joies et difficultés, d’amitiés et de découvertes.

.

Je ne voulais pas lire Inséparables au départ. Parce que je me méfie de ces livres qui s’annoncent tire-larmes, qui utilisent la maladie, le handicap, la différence des autres pour nous faire apprécier notre propre vie. Il est difficile de rester dans la justesse, pour ces sujets. Et souvent, ceux qui en parlent ne sont pas les premiers concernés, connaissent mal leur sujet, ont tiré leurs informations de films et roman qui, s’ils sont bien menés et beaux, sont loin d’être exact dans leurs propos.

Et vraiment, si Clémentine Beauvais n’en avait pas fait la traduction, avec tout son engouement, et connaissant sa maîtrise des mots… si je n’avais pas entendu parler de ce titre avant l’annonce de sa traduction… je serais passée à côté.

J’avais peur de rentrer trop dans l’intime, jusqu’au voyeurisme.
Mais non.
Inséparables est bien plus sensible et intéressant que ça.

Au final, j’ai été très surprise, et très touchée.

Inséparable, ce n’est pas qu’un roman sur deux soeurs siamoises.

Déjà, ce n’est pas un roman. Plus un recueil de poèmes en prose ou un journal intime, qui déroule sur plusieurs mois les pensées profondes, à vif, de Grace. C’est un morceau de Grace et Tikki, soeurs siamoises, mais aussi leur plus jeune soeur et sa passion pour la danse, leurs parents, le père qui a perdu son emploi et le vit très mal, leur grand-mère très active, le quotidien, les factures. L’entrée au lycée privé, obligatoire, première confrontation réelle aux autres dans un univers pas toujours tendre, l’attente des regards, entre curiosité, confusion et horreur pour ce qu’elles sont, ce qu’elles ont toujours été et ne changerait pour rien au monde. Le suivi psychologique et médical.

La vérité : elles sont différentes, ce n’est pas toujours facile, mais ce qui les relie fait aussi ce qu’elles sont, profondément – et elles ne changeraient pour rien au monde.

Ce roman hybride, je l’ai lu d’une traite, et je suis heureuse qu’il ait été traduit pour arriver jusqu’à nous, francophone. Cela a dû être un sacré défi, pour retransmettre la prose de Sarah Crossan, la fluidité et le chant des pensées de Grace. Un défi pour moi réussi, à qui j’espère un beau succès en librairie, bibliothèque, et sur la toile.

.

Inséparables
Sarah Crossan
traduit par Clémentine Beauvais
Rageot, 2017

Publicités

Un commentaire sur “Inséparables

  1. Pingback: C’est le 1er juin, je balance tout ! – Des livres et les mots

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 16 mai 2017 par dans Critiques, et est taguée , , , , , , , .
Follow Arcanes Ouvertes on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :