Arcanes Ouvertes

Critiques et avis sur la littérature jeunesse

L’île aux mensonges

L’île aux mensonges

 

Je savais que L’Ile aux mensonges était le premier roman jeunesse ayant remporté le prix Costa depuis Philip Pullman (et le deuxième de toute l’histoire de ce prix). Je me doutais, au vu de son sujet, qu’il aurait de grandes chances de me plaire.

Mais ouah ! je ne m’attendais pas à ce qu’il me plaise autant. Il rentre de suite dans mes romans historiques préférés, mes coups de coeurs de l’année, et parmi mes héroïnes mémorables à ne pas manquer.

Reprenons depuis le début : le contexte d’abord. Nous sommes en 1860. Hommes et femmes, de la bonne société qui plus est, ont un rôle à tenir. L’intelligence et la curiosité sont l’apanage des hommes ; les femmes se doivent de tenir la maison, et faire preuve de modestie. Les théories de Darwin sur l’évolution des espèces commencent tout juste à se faire connaître dans les milieux scientifiques, et n’en sont pas moins controversée – cela va à l’encontre même de tout ce que l’on a toujours su sur la genèse de la Terre, la place de l’Homme au centre des espèces. C’est le temps des grandes découvertes, des grands explorateurs ; la science avance dans toutes les directions.

Faith Sunderly, fille d’un pasteur reconnu pour son travail de naturaliste, est fascinée par ce monde en plein essor auquel elle n’a pas le droit de rêver. L’arrivée de toute la famille sur une île proche des côtes anglaises suite à un départ précipité devait être une nouvelle chance ; mais c’est à l’hostilité et la moquerie des insulaires qu’ils sont confrontés, loin de se faire des amis sur place. Et alors qu’elle lutte avec ses propres démons (une curiosité impropre à une jeune fille convenable, incapable de tenir sa place de femme respectable et donc ignorante), c’est un drame qui frappe sa famille. Entre mensonges et calomnie, c’est une course contre la montre qui s’engage pour découvrir la vérité, au risque de voir sa famille tomber en disgrâce.

Courage, persévérance, obstination, sacrifice, il lui faudra faire appel à toutes ses forces, qualités et défauts compris, pour relever ce défis de taille, face à l’ennemi le plus brutal et dangereux de toute l’humanité : la vérité.

.

J’ai adoré.

J’ai adoré le ton de cet univers, j’ai admiré la ténacité de son héroïne. J’ai apprécié de mettre un pied dans ce monde qui paraît si lointain, et si restrictif pour les femmes comme les hommes, avec ses croyances si lointaines pour nous mais si fortes pour eux. La cage du corset comme celle de la chemise fermée pour forcer les enfants à utiliser leur « bonne » main. J’ai plongé entièrement dans l’histoire à en dévorer les pages, tout en ayant le recul de mes propres connaissances scientifiques, qui m’annoncent ce qu’eux ne peuvent encore concevoir.

Sur quelques aspects, ce roman me rappelle l’univers de Calpurnia – à ceci près qu’elle n’a jamais été confrontée à telle situation. C’est une enquêtrice qui se lance devant nous ! Une aventurière doublée d’une scientifique en devenir, bridée par sa condition ! Je ne me rappelle pas avoir autant souhaité à Calpurnia ni à Miss Charity de se battre contre le carcan de ces préjugés.

Oh, comme j’ai pu être enragée par l’impuissance qui a pu la gagner ! Comme je l’ai soutenue !

.

L’Île aux mensonges est terriblement bien ancré dans le réalisme de l’époque Victorienne, avec ce qu’il faut de suspicion et de commérages, un grand soupçon de science, un drame et de nombreux ennemis potentiels.

Chaque personnage possède ses secrets, ses zones d’ombre, qui en font toute leur profondeur ; pas intrinsèquement méchants, mais emportés par leurs vanités, leur ignorance, leur jeunesse, leurs jalousies, et ce besoin pas exclusivement humain de dominer les autres.

Aventure, frisson, drame, mystère, et un soupçon de cet ingrédient incroyable qui a façonné le roman d’Aventure ; avec L’Île aux mensongesla lectrice scientifique et féministe que je suis est ravie.

.

L’Île aux mensonges
Frances Hardinge
traduit de l’anglais par Philippe Giraudon

Gallimard jeunesse, 2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow Arcanes Ouvertes on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :