Arcanes Ouvertes

Critiques et avis sur la littérature jeunesse

Je suis Adèle Wolfe Tome 2

Je suis Adèle Wolfe 2

 

1956.
La Seconde Guerre mondiale s’est terminée sur la victoire du IIIe Reich et de l’Empire du Japon. Chaque année, pour commémorer leur victoire, les deux puissances organisent une course monumentale où les participants s’affrontent en moto à travers les territoires conquis. Yael, survivante des camps, a une mission : prendre la place d’une des participantes, gagner la course – et tuer Hitler.

.

Ça, c’était le point de départ du premier tome. Et non, je ne vous direz pas où il s’arrête et comment cela finit ; mais je peux vous dire ceci : c’était un premier tome à couper le souffle. Entre l’histoire qui m’a fascinée, le rythme qui prend aux tripes et l’héroïne qui nous fait chavirer le coeur, ce fut un coup de coeur monumental.

Certes, cette série en deux tomes partait avec un point d’avance : les uchronies, ces passés qui auraient pu être si un élément de l’Histoire avait changé, me fascinent. Retourner au temps de la seconde guerre mondiale, c’est presque banal ; des pelletées de romans, bandes dessinées, films et séries s’en chargent avec brio. Mais imaginer un monde où Hitler a gagné, c’est déjà un peu moins courant, et un exercice un peu plus difficile : il faut bien connaître le contexte géopolitique de l’époque pour pouvoir présenter un monde cohérent, avec toutes les évolutions liés aux jeux de pouvoirs que cela implique. Ryan Graudin, avec Je suis Adèle Wolfe, y arrive très bien.

En nous situant juste une dizaine d’années après la fin de la guerre et la victoire du Reich, nous plongeons dans un monde encore très touché par la guerre et ses horreurs, où les conséquences de la victoire se ressentent fortement pour chacun, mais avec une Résistance de la première heure qui continue ses efforts pour renverser Hitler et ses généraux.

C’est dans ce contexte là que nous suivons Yael, juive, rescapée des camps d’extermination, qui a tout à gagner et plus rien à perdre. Yael, qui prend la place d’Adèle Wolfe dans la plus prestigieuse – et dangereuse – course du Reich. Yael et sa mission impossible, Yael et son courage, Yael et ses fantômes, qui s’élance avec pour seules armes sa conviction et la force de la rage. 

Je l’ai encouragée, je lui ai transmis tous mes espoirs, je me suis sentie impliquée dans son combat, j’ai rêvé des dangers qu’elle affrontait dès que je reposais ce roman. J’ai tremblé, souri et pleuré pour elle et j’en suis là, toute chamboulée, comme après une expérience éprouvante.

Lisez-les ! Lisez-la !

Elle mérite toute votre attention.

Et gardez-la précieusement dans un coin de votre tête et de votre coeur, pour ne pas oublier ce qui aurait pu être.

(en attendant, moi je croise les doigts pour que Iron to Iron, qui présente la course du point de vue d’un des autres concurrents, soit aussi traduit – parce que les personnages de Ryan Graudin me manquent déjà).
.

Je suis Adèle Wolfe Tome 2
Ryan Graudin
traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Serge Cuilleron

Editions du Masque, 2017
(Msk)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow Arcanes Ouvertes on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :