Arcanes Ouvertes

Critiques et avis sur la littérature jeunesse

Opération pantalon

Opération pantalon

Première rentrée au collège pour Liv, mais surtout vraie galère : l’uniforme est obligatoire, pantalon pour les garçons et jupes pour les filles. C’est injuste, c’est horrible, et surtout c’est un vêtement dont il a réussi à se passer jusqu’à présent. Parce que Liv est un garçon. Il l’a toujours su, même s’il ne l’a pour l’instant avoué à personne. Et il est prêt à se débrouiller seul face au règlement, au directeur et même sa meilleur ami, pour se libérer (et libérer les filles) de ce dictat de la jupe. Liberté, égalité, pantalon !

C’était… super.

Exactement tout ce que j’aurais pu rêver pour un roman parlant d’un garçon transgenre destiné aux collégiens – et même mieux.

Cat Clarke n’a pas peur de cumuler un narrateur trans avec une famille homoparentale, que cela fasse « trop » (notez bien l’utilisation des guillemets) d’un coup, comme s’il ne fallait aborder qu’un sujet « sensible » (idem) à la fois. Et non seulement elle le fait, mais elle le fait bien : il n’y a rien de forcé, dans cette histoire, c’est même d’une « normalité affligeante » – pour reprendre les mots de Liv concernant sa famille. Et c’est la première fois que j’ai entre les mains un roman parlant d’un garçon trans – alors que des exemples de femmes trans en litté jeunesse, j’en ai une petite demi-douzaine en tête (ce qui n’est pas énorme, en vérité, et loin de relayer toutes les expériences possibles, mais mieux que rien et certainement un bon début ; la preuve que les éditeurs ne sont peut être plus aussi frileux, et qu’il y a un public qui les attends).

Liv est un ado qui s’inquiète de la rentrée dans une nouvelle école, de toutes ces nouvelles personnes qu’il va croiser. Mais surtout, il subit (horreur des horreurs !) le code vestimentaire résolument sexiste de son école, qui n’admet que la jupe pour les filles et donc pour lui, pour le moment.

Liv a du cran. Parce qu’il ne laisse pas les remarques sur sa famille l’atteindre autant qu’elles le pourraient. Parce qu’il prend ce problème d’uniforme à bras le corps. Parce qu’il reconnaît ses limites, et quand il lui faut se reposer sur l’aide de quelqu’un. Je l’admire, pour sa capacité à chercher des solutions, à s’armer d’un plan d’attaque, et pour reconnaître ses erreurs.

Le roman se lit vraiment avec facilité, et réussit là où George m’avait laissé un peu sur ma faim : en ne glissant pas vers la facilité des stéréotypes de genre, en construisant des personnages complexes, même ceux présent en second et en arrière plan. Peut être est-il seulement destiné à un public un peu plus grand que George, ce qui lui permet d’être plus étoffé, plus long, et d’aller un peu plus loin.

Tout n’est pas magicalement rose et parfait, bien sûr. Mais ce roman de Cat Clarke est positif, vous donne de l’entrain et l’envie de vous accrocher pour défendre les causes auxquelles vous croyez. Et ça, ça n’a pas de prix.

.

Opération pantalon
Cat Clarke
Robert Laffont, 2017

 

Publicités

2 commentaires sur “Opération pantalon

  1. malecturotheque
    11 septembre 2017

    Je te rejoins sur tous les points – et j’ai d’ailleurs devoré le roman !

    Aimé par 1 personne

  2. Pingback: C’est le 3 octobre, je balance tout ! – Des livres et les mots

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow Arcanes Ouvertes on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :