Arcanes Ouvertes

Critiques et avis sur la littérature jeunesse

La Fourmi rouge

La Fourmi rouge

 

Vania Strudel à quinze ans. Outre un nom à coucher dehors – combo pâtisserie/serviette hygiénique – et un père taxidermiste, elle a : une mère morte, deux amis dont l’une qui sent le poisson et l’autre vit sur le même palier, une meilleure ennemie particulièrement fourbe et bien placée dans le top popularité du lycée, et une chance de merde. Quand son entrée au lycée commence par la trahison de Pierre-Rachid et un mail destructeur, il ne lui reste que deux choix : continuer à se regarder le nombril et vivre dans l’anonymat le plus total… ou reprendre sa vie en main, et devenir la jeune fille brillante qu’elle pourrait être, si elle en avait le courage.

.

Que dire de La Fourmi rouge, qui n’ait été dit par d’autres avant moi ?

Emilie Chazerand, que je découvre avec ce roman, nous offre un beau roman lumineux, plein d’humour et d’espoir, même dans les moments où ça va mal. Pourtant, son héroïne part de loin : pas particulièrement jolie, pas particulièrement fine, pas particulièrement intelligente, elle se complet dans sa moyenne invisible, son père plus qu’étrange et ses deux seuls amis plus ou moins collés à elle par la vie. Jusqu’à cette nouvelle rentrée où rien ne va plus, entre son ami d’enfance qui décide de lécher la glande de sa pire ennemie et un mail anonyme particulièrement percutant, qui lui met le nez dans ses problèmes, l’obligeant à ôter ses œillères complaisantes.

Commence la transformation de fourmi noire invisible en fourmi rouge qui s’assume et que l’on devrait tous aspirer à devenir, en embrassant nos différences et étrangetés comme autant de qualités qu’elles sont.

Ça vous donnerait envie de faire la fête avec la musique au maximum, tout ça. Ou d’embrasser vos ami.e.s. Et de leur mettre de force ce livre entre les mains (c’est pour leur bien).

.

Je ne sais pas ce qui se passe en ce moment, mais entre La Fourmie rouge, Je suis ton soleil et Les Petites reines, les adolescentes catastrophes qui affrontent la vie avec leur humour à toute épreuve et le talent des mots bien placés ont la cote. Georgia Nicholson et ses mésaventures du coeur et trahisons du corps n’ont qu’à bien se tenir ! Le roman d’humour pour ados français a de beaux jours devant lui.

.

La Fourmi rouge
Emilie Chazerand
Sarbacane, 2017
(Exprim’)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 31 octobre 2017 par dans Critiques, et est taguée , , , , , , .
Follow Arcanes Ouvertes on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :