Arcanes Ouvertes

Critiques et avis sur la littérature jeunesse

Magnetic Island

Magnetic Island

Cyan, 16 ans et la vie déjà pleine de casseroles cabossées, laisse se déliter les journées d’été dans l’ennui, l’attente et l’alcool. Il faut dire que le tableau familial n’est pas des plus reluisant :

Une villa de riches, grande coquille de luxe vide de présence humaine. Des parents séparés, toujours absents. Un grand-père qui a embrassé le je-m’en-foutisme comme art de vivre depuis la mort de sa femme. Une jumelle disparue depuis des années, dont personne ne parle jamais. Et une soeur aînée indépendante, la seule à être restée mais qu’il ne connait pas vraiment.

Alors quand cette dernière disparaît à son tour, Cyan refuse de fermer les yeux et d’attendre qu’enfin quelqu’un fasse quelque chose. Quitte à remuer des secrets trop longtemps enfouis dans les silences de sa famille.

.

Je ne saurais vous dire pourquoi, mais j’ai eu bien du mal à commencer ce roman. Les premières pages ont vraiment été laborieuses à passer. Tout, des personnages à l’histoire semblait vide. Et pourtant, dès le deuxième chapitre j’étais complètement accrochée, et j’avais bien du mal à mettre en pause ma lecture.

Peut être est-ce à cause de cette sensation de légèreté mêlée d’oppression, une atmosphère toujours un peu tendue, depuis la disparition constatée de Divine – la seule personne dans cette famille délabrée sur laquelle Cyan peut compter. Ou de l’existence d’Holly, sa soeur jumelle, sur laquelle pèse le non-dit comme une chape de plomb.

Ou bien est-ce à cause du comportement de Cyan, les émotions de travers, en équilibre précaire ; qui tente d’effacer l’absence et le vide autour de lui par l’alcool, l’insolence et des actes d’insouciance qui frisent le danger, tout en étant conscient que cela ne lui apportera rien de bénéfique mais néanmoins incapable de s’arrêter. Parce qu’il est en colère, paumé, il n’a absolument plus rien à faire de rien. Il est terrifié.

Parce que quelque chose ne va vraiment pas. Et ce n’est pas juste la disparition de sa soeur aînée, qui ne semble inquiéter sa famille qu’à moitié, quand ça les arrange pour fustiger les autres.

Je suis entrée dans un rythme de dévoration des pages dont j’ai peu l’habitude : il fallait que je connaisse le fin mot de l’histoire. Ce secret, que je sentais poindre sans le deviner vraiment.

Fabrice Colin a parfaitement réussi à me faire perdre pied en même temps que son héros. J’ai ressenti son mal-être, j’ai compris ses mécanismes d’autodéfense, qu’il voit venir sans pouvoir les empêcher. J’ai été surprise par la rencontre étonnante, fugace et salvatrice de deux jeunes en voyage. Par un élément en particulier – et finalement non, tout était à sa place.

Je ne m’attendais pas à tout cela, et ce fut une bonne surprise.

.

Magnetic Island
Fabrice Colin
Albin Michel, 2017
(Litt’)

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 23 novembre 2017 par dans Critiques, et est taguée , , , , , , , , , .
Follow Arcanes Ouvertes on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :