Arcanes Ouvertes

Critiques et avis sur la littérature jeunesse

Le Jardin invisible

Le Jardin invisible

 

Un jardin, même tout petit, même invisible, regorge de trésors pour qui sait regarder de tous ses yeux. Une petite fille en visite chez sa grand-mère pour un après-midi va le découvrir pour notre émerveillement.

Tout commence dès la première page et sa force visuelle qui a tout de suite capté mon attention.
Aucun mot nécessaire : juste une double page, avec la ville grise et sombre et surchargée d’un côté, qui contraste avec le décors blanc de l’autre, seulement interrompu par un pont et la voiture qui file dessus. Une respiration bienvenue, annonciatrice de liberté. Tout de suite après, la route perd son goudron noir pour un chemin plus naturel, entouré de verdure. Au tout au bout du chemin, une maison qui détonne parmi les arbre, comme un îlot dans une jungle.

Les voilà arrivés.

On ressent presque physiquement l’impression d’enfermement et la solitude de la petite fille, au milieu de la foule d’adultes. L’ennui, mais aussi le calme du jardin – un peu nu au premier abord, mais qui réserve un fabuleux voyage imaginaire entre ses feuilles.

Marianne Ferrer aime mélanger les techniques* : les naturelles (aquarelle, encre, crayon), qui confèrent de la texture et une chaleur aux illustrations, et l’ordinateur qui permet de retoucher et peaufiner ses planches. On comprend d’autant mieux la force des illustrations, quand on sait que le texte n’a été ajouté qu’après coup ! Certaines fois, il serait même superflu…

La couverture donne le ton des couleurs à venir, avec ses verts légèrement translucides, qui tirent vers le bleu d’eau. Un peu de rouge, quelques touches de pourpre, de belles nuances de bleues viennent s’y ajouter tout au long des pages qui promettent un beau voyage.

Il faut le dire : j’ai vraiment été éblouie par certaines pages, d’une grande poésie. Dans la forêt, sous l’eau, à l’assaut des étoiles, en éclatement de molécules, quand le sommeil s’en vient… c’est tout un voyage qui s’effectue les yeux grands ouverts. A feuilleter pour le plaisir ici.

 

  * d’après une interview à retrouver sur La Mare aux mots

Le Jardin invisible
Valérie Picard, Marianne Ferrer
Belin jeunesse, 2018

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 8 avril 2018 par dans Critiques, et est taguée , , , , , .
Follow Arcanes Ouvertes on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :