Arcanes Ouvertes

Critiques et avis sur la littérature jeunesse

Bitch Planet Tome 1 : Extraordinary Machine

Bitch planet Tome 1 : Extraordinary machine

Dans une société pas si éloignée de la nôtre, les hommes ont commencé à conquérir l’espace. Une planète en particulier est devenue une prison pour femmes hautement sécurisée. Y sont envoyées les criminelles, les déviantes, les résistantes, les non-conformes ; toutes ces femmes dangereuses pour la société et pour l’homme, pour la stabilité du patriarcat. On la nomme… Bitch Planet !

Vous voulez de l’action, du combat, du féminisme et du girl power ? Bitch Planet est fabuleux, et fait pour vous !

Le premier chapitre nous plonge directement dans ce quotidien lourd et sordide, où l’écart entre hommes et femmes a progressé jusqu’à ramener la femme au statut d’objet. Exit les différences, les carrières, les libertés. Les femmes ne doivent plus qu’espérer atteindre le modèle de La Femme, belle, mince, gentille, soporifique et remplaçable. Auquel cas, elles sont non conformes… et risquent d’atterrir sur Bitch Planet, prison particulièrement peu accueillante, où il ne vaut mieux pas être une innocente pour survivre. Étrangement (ou reflet des inégalités de notre société, qui condamne bien plus vite et bien plus sévèrement les femmes noires), la population carcérale est majoritairement noire et métissée.

C’est dans cet endroit sordide que nous rencontrons nos héroïnes. Kamau, Penny, Meiko, Violet, et quelques autres, incarcérées pour diverses raisons (naissance illégale, manipulation, meurtre, non conformisme aggravé). C’est leur quotidien dans ce pénitencier hautement surveillé que nous suivons, entrecoupé d’un retour vers les actions passées qui les ont conduites à cet endroit. Jusqu’à ce que le directeur de Bitch Planet propose de rentabiliser l’emprisonnement des prisonnières en les faisant participer à une compétition sportive particulièrement brutale, dont l’audience est en baisse.

Le contexte de cette histoire est particulièrement fort, pour tous ceux qui s’intéressent au féminisme, au racisme, à l’intersectionnalité – comme à ceux qui ne se sont jamais posés de questions.

Un coup de poing littéraire comme visuel.

Bitch Planet Tome 1 : Extraordinary Machine
Kelly Sue Deconnick, Valentine De Landro
Glénat comics, 2016

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 7 août 2018 par dans Critiques, et est taguée , , , , , .
Follow Arcanes Ouvertes on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :