Arcanes Ouvertes

Critiques et avis sur la littérature jeunesse

Pëppo

Pëppo

Pëppo est ailleurs. A l’ouest, dans les nuages, un peu à côté de la plaque. Il vit sa petite vie tranquillement, allant à l’école à l’envie, à la plage le reste du temps. Jusqu’à ce que la réalité lui mette les pieds sur terre sans crier garde, sous la forme de deux bébés bien dodus, laissés par sa soeur évaporée dans la nature. C’est du grand n’importe quoi : Pëppo qui n’a jamais changé une couche de sa vie, Max le gérant du camping avec ses chemises à motifs colorées et pas un sous en poche, l’Argentin, son café chaussette et sa gueule de bois permanente. Et deux mômes dans une caravane, dont il va falloir s’occuper.

Beaucoup d’humour et de tendresse dans ce dernier roman de Séverine Vidal, qui se décline en trois teintes légèrement acidulées.

Pëppo a été vécu comme une lecture bonbon, une lecture douceur, une petite histoire à lire sous la couette une tasse de thé ou de chocolat chaud pas loin.

Pëppo, c’est un peu du grand n’importe quoi. Une situation improbable, qui pourrait même être désespérée tant tout cela part mal, et pourtant. Pourtant il y a une chaleur et une joie de vivre dans tout ça, une grosse louchée de rêverie et un soupçon d’absence que l’on doit au caractère volant de notre adolescent – volant et pas volage, non ; volant parce qu’un peu à l’ouest, un peu à côté du rythme de vie des autres, leur chasse aux notes à la réussite à un monde propret et tranquille

Pëppo c’est une famille cabossée, dysfonctionnelle mais aimante. C’est une vie vécue au jour le jour, des décisions pas forcément toujours brillantes mais avec le bon sens de la débrouillardise.

Encore une fois, Séverine Vidal s’illustre dans un récit de grands personnages, de grands coeurs, qui ont fait un pas de côté dans la vie bien rangée de la foule anonyme. Des caractères qui rêvent grand et petit à la fois, qui avancent face à la tempête une chanson à la bouche et quelques inquiétudes à peine en tête.

Moi ses histoires, elles m’emportent et me font beaucoup de bien.

Séverine Vidal : déesse de la larme qui fait chaud au coeur.

Pëppo
Séverine Vidal
Bayard jeunesse, 2018

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 25 septembre 2018 par dans Critiques, et est taguée , , , , , , , .
Follow Arcanes Ouvertes on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :