Arcanes Ouvertes

Critiques et avis sur la littérature jeunesse

La Femme coquelicot

La Femme coquelicot

Marthe est à l’âge où elle n’attend plus grand chose de la vie. Ses journées sont rythmées par une certaine routine, entre les nouvelles des petits enfants, les goûters dominicaux et ses après-midi aux « Trois Canons », son café fétiche où l’attendent ses mots croisés et ses infusions. A soixante-dix ans passé, elle ne s’attendait pas à redécouvrir la passion, l’excitation et l’attente du premier rendez-vous. Félix, celui qu’elle surnomme l’Homme aux mille cache-col, réveille pourtant en elle quelque chose de nouveau, de libérateur, qu’elle observe et cultive avec bonheur.

La Femme coquelicot est un fabuleux roman : un roman d’amour et d’apprentissage tout à la fois.

Des années après la mort de son mari et l’envol de ses enfants devenus eux-mêmes parents, Marthe tombe amoureuse. C’est vertigineux, inattendu, splendide : tout à coup, Marthe s’éveille à elle-même, réapprend les sensations, les couleurs de la vie, l’imprévu, la malice. Elle rajoute du vivant à son quotidien, un quotidien fait de petites habitudes ancrées par une existence paisible mais sans véritable saveur.

Avec ces nouveaux sentiments et la romance délicieuse qui en éclos, elle redevient fragile, précieuse, impétueuse… vivante. Son corps existe de nouveau. Elle est présente à elle-même. Elle s’accorde de nouvelles libertés.

C’est une femme coquelicot qui sort de terre, un papillon d’un grande délicatesse qui quitte sa chrysalide après des années d’hiver.

J’ai été un peu décontenancée au début par la langue de l’autrice, sa construction des phrases. Mais je me suis absorbée dans ses mots, et le mélange de légèreté et de sensibilité qui en ressort.

Moi qui lit si peu de romans d’amour, vite ennuyée par les débordements de sentiments des personnages – et, surtout, par les situation rocambolesques entre jalousies, mensonges et quiproquos qu’on y trouve parfois -, j’ai été absolument charmée par cette histoire-ci. Il y avait un petit quelque chose en plus. Un regard sur le monde, sur la vie, sur la passion, qui a résonné pour moi.

Une chose est sûre : je lirai d’autres textes de Noëlle Châtelet.

La Femme coquelicot
Noëlle Châtelet
Le Livre de Poche, 2014
première édition : 1998

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 30 mars 2019 par dans Critiques, et est taguée , , , , .
Follow Arcanes Ouvertes on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :