Arcanes Ouvertes

Critiques et avis sur la littérature jeunesse

Ma vie sans dessus dessous

Ma vie sans dessus dessous, Anne Fine

Ma vie sans dessus dessous

Drame et déchirement : les parents d’Erica se sont séparés. Sa mère à capitulé sur son couple, et c’est elle, sa fille, qui va en faire les frais. Elle ne lui pardonne pas tous ces changements. Et elle est bien décidée à noircir son cadeau de consolation (un magnifique carnet argenté, preuve pour Erica de la culpabilité de sa mère s’il lui en fallait encore une) de tout ce qu’elle pense de cette situation insupportable.

Anne Fine, je la connais depuis longtemps. J’ai adoré son humour avec le Journal du chat assassin, j’ai frissonné des années plus tard avec Le Passage du diable, je n’ai pas lu Madame Doubtfire mais j’ai savouré son adaptation comme beaucoup de ma génération.

Son dernier bébé, journal intime d’une adolescente qui vit mal la séparation de ses parents (qui, pour le coup, arrivent à garder une relation cordiale, ce qu’on ne trouve pas si souvent en littérature jeunesse), avait de grande chance de me plaire.

Sauf que… je l’ai trouvé un peu superficiel. Un peu creux, par rapport aux textes brillants aux psychologies développées qu’elle nous a offert auparavant.

C’est une bonne histoire, dans le fond. Une façon d’aborder un sujet pas toujours facile à vivre de l’intérieur, même si la séparation est acceptée par les deux partis. En ce sens, Ma vie sans dessus dessous est bien fait : pas de mélodrame extérieur, pas de parents qui se déchirent. La difficulté vient de l’incompréhension de l’enfant, face à l’apathie du père, face au choix de partir de la mère, le manque de communication et l’impossibilité de faire entendre sa voix dans une histoire où elle est indirectement concernée (c’est elle qui doit vivre avec deux maisons, elle qui subit le déménagement). Anne Fine montre bien, et sans insistance, qu’Erica est à une période charnière de sa vie : adolescente, prête à être vue comme une adulte mais encore considérée comme une enfant, les émotions en ébullition et un égocentrisme normal mais pas toujours facile à vivre.

Oui, c’est bien fait, c’est fin, et cela aidera certainement des lecteurs qui vivent les mêmes choses qu’elle.

Mais je ne peux m’empêcher de penser qu’Anne Fine a fait bien mieux.

Ma vie sans dessus dessous
Anne Fine
Ecole des loisirs, 2019

(Medium)

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Follow Arcanes Ouvertes on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :