Arcanes Ouvertes

Critiques et avis sur la littérature jeunesse

Magic Charly Tome 1 : L’apprenti

Magic Charly Tome 1

Magic Charly Tome 1

 

Après cinq ans sans nouvelles, la grand-mère de Charly réapparaît. Elle n’est plus tout à fait la même : loin de la grand-mère vive de son enfance, elle n’est plus qu’une vieille femme dont les souvenirs se sont envolés.
Un effet de l’âge ? Non : un symptôme magique. Car sa
grand-mère est une magicière. Ses souvenirs ont été volés. Et sa vie est toujours en danger. Pour la sauver, il lui faut devenir lui-même apprenti magicier.

Vous pensez avoir tout lu autour de la magie et des sorciers ? Détrompez-vous. Avec Magic Charly, Audrey Alwett arrive avec de nouvelles règles et une certaine dose de fraîcheur, une société secrète à la hiérarchie stricte et passablement fermée, et des ados qui ne sont pas au bout de leurs surprises.

J’aime les personnages qu’elle propose : Charly est un grand dadais, qui lutte contre la première vision que les autres peuvent avoir de lui et dont il est plus que conscient : un grand noir, avec une force d’adolescent qui vient de grandir et qu’il ne maîtrise pas tout à fait encore. Alors il fait des efforts, pour ravaler sa colère et maîtriser ses émotions, trop conscient de ce qui pourrait lui arriver s’il se laisser aller. June, sa meilleure amie, a choisi de refuser l’étiquette de « fille de », en réalisant le plus de bêtises possibles. A l’opposé de Charly, elle est brute de décoffrage et ne souhaite absolument pas changer. Et Sapotille, qui se cache derrière ses habits, ses lunettes, ses cheveux, et ses études, et refuse de se lier avec qui que ce soit. A fleur de peau, elle se protège derrière des murs d’indifférence.

J’aime l’univers magique qui est développé, et qu’on découvre au compte goutte. Une magie à base de runes, dont la pratique est limitée et soigneusement réglementée, et dont l’utilisation a des conséquences immédiates étonnantes.

Et j’aime la langue d’Audrey Alwett, ses phrases pleines de piquants, qui rajoute une dimension comique à l’ensemble et allège les moments les plus graves. La présentation de l’école de Charly en est une bonne représentation :

« L’Ecole des Allumettes Hurluberlu était une vieille usine en forme de V, que la ruine chipotait du bout des dents, par gourmandise. Le bâtiment était construit dans une esthétique Belle Époque qui n’avait plus rien à prouver. Le toit fuyait avec la nonchalance d’un vieux baron incontinent et il fallait placer des seaux sur les tables, les jours de pluie. Au milieu du bâtiment, une haute tour s’élevait, coiffée d’un dôme rouge figurant une allumette. Ses étages les plus élevés étaient interdits d’accès, le plancher menaçant de s’effondrer à la première émotion. Les fenêtres avaient un caractère épouvantable et fermaient mal, en protestant de toutes leurs boiseries. Une fontaine, sculptée d’un dragon, glougloutait au fond de la cour et se bouchait au gré de ses caprices. En bref, la vieille bâtisse vivait son délabrement comme une coquetterie et s’en accommodait fort bien. »

Magic Charly Tome 1 : L’apprenti
Audrey Alwett
Gallimard jeunesse, 2019

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 21 janvier 2020 par dans Critiques, et est taguée , , , , , .
Follow Arcanes Ouvertes on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :